Publié le

Mabon

Mabon

La roue de l’année continue sa route et nous voici au sabbat de Mabon. C’est le temps des dernières récoltes, les bocaux, les conserves, les fruits et légumes sont remisés au cellier. Les greniers et silos regorgent de céréales, de fourrage. Hommes et bêtes ne manqueront de rien lorsque la saison sombre mettra la terre au repos. Il est temps d’honorer la Terre Mère pour tous ces dons, pour toute cette générosité qu’elle nous accorde. Dans notre vie moderne nous avons du mal à nous reconnecter aux cycles des saisons ; c’est pour cela qu’il est important, pour garder nos repaires et notre cap, de suivre la roue de l’année.

Mabon est là, c’est l’équinoxe d’automne. C’est un point d’équilibre. Le temps de quelques heures, le jour et la nuit sont égaux. Le temps est comme suspendu et puis la roue nous fait basculer dans l’automne. Cela fait déjà un moment que la luminosité a changé, le soleil n’est plus le même, les odeurs et les couleurs également. Ce sont tous ces petits changements qui s’opèrent chaque jour qui nous guident vers la saison sombre. Il est temps de retrouver notre terrier, rentrer chez nous  autant dans nos maisons qu’à l’intérieur de nous même. Il est temps d’harmoniser nos lieux de vie, de nous consacrer à la famille, de prendre soin de nous. C’est le temps de la prévoyance, de la sagesse, du retour à la Terre, de l’harmonie familiale. A cette période nos anciens faisaient un inventaire de leurs récoltes, profitez de cette tradition pour faire  pareil.  Faites votre inventaire de développement personnel/spirituel et voyez ainsi dans quel domaine vous allez travailler pour être en harmonie, à l’équilibre. IL est temps pour vous de planter vos graines d’auto-guérison, de changement intérieur  qui ont besoin de la profondeur de la Terre pour germer au printemps prochain. En faisant cet inventaire, les choses essentielles vont être mises en avant. Purifiez vous, nettoyez et purifiez vos intérieurs. C’est un sabbat empli de sagesse, d’équité, de partage, de transition.

Profitez pleinement de cette période, l’automne est là, il est temps de rentrer dans nos foyers.

Passez un très beau sabbat de Mabon.

Publié le

Litha

Le sabbat de Litha est le moment de l’année où le soleil est à son apogée. La roue de l’année continue sa ronde. Nous sommes au Solstice d’été.Cette nuit est la plus courte, c’est un moment de l’année où les énergies sont très puissantes, le voile entre les deux mondes est plus fin, la communication avec l’invisible est palpable. Nous sommes au cœur de l’été. A ce moment là, l es rayons puissants du soleil inondent la Terre Mère de son pouvoir et la nature est à son apogée. Pour célébrer cette nuit magique, dans l’ancien temps, les paysans allumaient de grands Feux, dansaient autour, sautaient par-dessus les braises et ramenaient un tison chez eux car ce tison avait la propriété de protéger bêtes, gens et récoltes pour l’année à venir. Dans certaines traditions il était de coutume de faire dévaler la colline à une roue enflammée qui symbolisait le soleil. Si la roue s’éteignait avant d’avoir atteint le bas, ce n’était pas bon signe et les paysans devaient s’attendre à de mauvaises récoltes. Lors de ce sabbat, les sages-femmes, les guérisseurs et guérisseuses allaient cueillir les herbes médicinales car les énergies sont très fortes à cette période là, les vertus des plantes sont imprégnées de cette force. En allumant ces grands feux, les gens donnaient de la force au soleil pour qu’il puisse terminer de faire mûrir les cultures qui n’étaient pas encore prêtes, les paysans sachant qu’à partir de ce sabbat les jours commençaient à diminuer

Mais comme la roue ne s’arrête jamais, au lendemain de ce sabbat, le soleil commence à décliner, la partie sombre va petit à petit prendre de plus en plus de place. Chaque jour nous allons perdre des minutes d’ensoleillement.

Pour les guérisseurs et guérisseuses, les sage-femmes, c’était le moment de préparer les potions, filtres, onguents avec les plantes de ce sabbat. Les rituels de guérison,de protection, d’amour ont plus de force à ce moment-là de l’année.

Chez nous en Provence, on fait de grands feux pour danser autour et sauter par-dessus les braises. Je ramène toujours un tison à la maison que je garde jusqu’à l’année suivante et l’année d’après je ramène l’ancien et je le jette dans le nouveau feu. Comme lors du sabbat de Yule, pendant le repas de Litha on garde une part du repas pour l’offrir aux esprits, la part des anges. Ainsi on garde un bon rapport avec l’invisible. Honorer la nature et tous les règnes qui la composent. Fêtez le jour le plus long, la nuit la plus courte, les énergies d’abondance, d’amour, de protection, de créativité, de fertilité sont au plus haut. Profitez pleinement de ce sabbat de Litha

Publié le

Beltane

 

 

Le sabbat de Beltane

Si on regarde une roue de l’année, le sabbat de Beltane est en face de celui de Samhain. Nous sommes donc en plein milieu de la roue de l’année qui a commencé à Samhain.

Nous sommes dans la saison où la végétation est en plein essor. Beltane est la fête du feu et de la lumière. C’est la victoire de la lumière, du jour.  C’est un temps de fertilité, de croissance. On célèbre l’amour, la lumière, la sexualité, la fertilité. Une des représentations de Beltane est la déité solaire du Dieu Cornu, vigoureux jeune homme qui est prêt à s’unir à la déité lunaire, la Déesse Mère, la triple Déesse qui est alors dans son aspect virginal, sensuelle, prête à être fécondée. C’est une période lumineuse, les jours grandissent et ils continueront à grandir jusqu’au solstice d’été pour le sabbat de Litha. Les célébrations en l’honneur de Beltane commencent au soir du 31 avril jusqu’au soir du 1er mai. C’est l’occasion de ramasser un rameau d’aubépine et de l’accrocher au-dessus de votre porte d’entrée pour apporter la protection à votre maison.
C’est une fête de purification. Dans l’ancien temps, les paysans préparaient de grands feux et faisaient passer leur troupeaux entre les feux pour les purifier et les protéger des maladies. Ils passaient également eux-mêmes entre les feux et sautaient par dessus. Le feu de Bel est un feu bénéfique avec des énergies puissantes de purification, de divination, de protection.

Lors de fêtes traditionnelles, nous célébrons encore, dans certains villages, le mât de Mai, ou l’arbre de Mai. C’est un arbre que les jeunes vont couper et placer au centre du village, il est décoré de rubans de couleurs, de fleurs. Les jeunes gens dansaient autour en tressant les rubans.Il représente la fertilité, c’est un symbole phallique. La danse des cordelles vient de cette tradition. Il y a aussi la célébration de la belle de Mai, fête de la Maio qui met à l’honneur une jeune fille pour sa beauté, sa fraîcheur, sa pureté. On la couronne de fleur, on lui fait des offrandes. Elle est le symbole de cette nature, belle, jeune, pure, éclatante de couleur, de lumière. Cette fête se situe dans le signe du Taureau qui est en relation avec des énergies régénératrices, qui stimulent la croissance. Le signe du Taureau apporte la force, la vitalité, la sexualité épanouie, la fertilité. Profitez de ce moment pour demander la protection, la purification, la guérison pour vous et vos proches. Au matin du 1er Mai, la rosée a, dit-on, des propriétés sacrés de santé, de purification de la peau. Les jeunes femmes allaient se frotter le visage de rosée pour bénéficier de ces vertus. Les eaux des puits, des sources étaient supposées avoir des vertus magiques puissantes. Les fleurs de couleur jaune, pour rappeler le soleil, étaient largement utilisées pour décorer les maisons, faire des couronnes de fleurs…La danse des cordelles, danse que l’on fait autour de l’arbre de mai avec des rubans de couleurs, est encore pratiquée de nos jours. Tout comme la danse du cheval-jupon. Ce sont des chevaux-bâtons revêtus de jupons pour cacher le balai que les hommes enfourchent. Deux cavaliers s’affrontent dans une danse. L’un représente l’hiver et l’autre l’été. C’est le représentant de l’été qui doit être vainqueur de cette danse. La nuit du 1er mai est appelée également la nuit de Walpugis, la nuit du bûcher des sorcières, car l’on croyait dans l’ancien temps que les feux étaient allumés par les sorcières, qu’elles y dansaient autour pour honorer l’arrivée du printemps. Des effigies de sorcières, faites de paille, de bois et de vêtements, étaient jetées dans les feux pour symboliser la fin de l’hiver.

 

Fêter Beltane c’est honorer la Terre Mère. Elle nous offre sa fertilité, sa protection, ses énergies de vie. C’est honorer la lumière du jour, le soleil, le feu qui purifie. C’est honorer le cycle de la roue de l’année, ce cycle de vie et de mort qui est si important pour notre bien-être, pour notre humanité.

 

Joyeux Sabbat de Beltane à tous.

 

Publié le

Samhain

Les païens qui sont rattachés aux célébrations celtiques considèrent le sabbat de Samhain comme le plus important de la roue de l’année. On retrouve cette fête sous plusieurs appellations : Samonios, Hallowmas, Hallowe’en, Fête de tous les Saints, Fêtes des morts, Tir-na-Nogh’th. Samhain se prononce so-wen.

Samhain clôture donc le cycle de la roue de l’année. C’est à cette époque que les anciens retrouvaient l’intérieur de leur foyer certes, mais aussi d’eux-même. Nous sommes dans la période sombre : les récoltes sont engrangées, le bétail dans les étables, la terre vue de l’extérieur se meurt, les feuilles tombent, la nature retourne au cœur de la terre. La saison sombre étale son manteau, la vie se met en dormance. Tous,  humains, animaux et végétaux ralentissent leur rythme de vie. Samhain, c’est l’instant où l’obscurité prend le dessus sur la lumière. Mais cette obscurité n’est pas maléfique. Bien au contraire, elle nous appelle à l’introspection, au ralentissement. Cette période nous enseigne le mystère de la mort. Tout doit mourir pour renaître et c’est pendant cette période que nous préparons la renaissance. Il n’y a pas de lumière sans l’obscurité et inversement. C’est dans cette partie sombre que l’on retrouve ce dont on a besoin, en retournant à l’intérieur de son cœur et de son âme. c’est un passage important pour se réaligner, pour retrouver ce qui fait sens. Toutes les questions sont là, à l’intérieur de nous. C’est un moment de gestation où l’on doit dire au revoir au soleil pour entrer au cœur du monde souterrain jusqu’au renouveau. A Samhain on célèbre la transition, le passage d’une année à l’autre, l’ouverture vers l’autre monde, vers le monde des esprits, des morts. C’est un moment d’introspection, de réflexion, le temps de faire le bilan du cycle que l’on clôture.  C’est aussi accepter la mort et savoir accueillir la renaissance. C’est le moment idéal pour évoquer la mémoire de nos chers disparus, de nos ancêtres. C’est une des deux périodes de l’année durant lesquelles le voile entre nos deux mondes est le plus fin. Les âmes des êtres disparus peuvent alors venir nous rendre visite  pour nous enseigner leur sagesse. Ainsi, la communication entre nos disparus et nous est grandement facilitée. C’est une bonne période pour faire de la divination surtout entre le coucher du soleil et l’aube. La Déesse, sous sa forme de vielle femme, nous apporte des enseignements clés sur la destruction, la décomposition mais aussi la sagesse, la patience, la compassion et la connaissance.

N’ayons crainte. Cette période est une belle occasion de faire un travail spirituel et psychique en profondeur.

Les symboles de cette fête sont :

  • – nouveau cycle
  • – renouvellement
  • -obscurité
  • – métamorphose
  • – chaudron
  • – transition
  • – initiation
  • – mort

Les correspondances :

  • Les couleurs : orange, noir, pourpre et blanc.
  • Les encens : pommes, cyprès, cèdre,  myrrhe
  • Les arbres :  les cyprès, les pommiers
  • La fleur : le chrysanthème
  • Les légumes : les navets et les courges
  • Les pierres : l’obsidienne, onyx, cornaline, pyrite, hématite.
  • La planète : Pluton
  • L’élément :  l’Eau
  • Point cardinal : l’Ouest

Si vous désirez réaliser un autel pour  honorer vos ancêtres et la nature, privilégiez un chaudron, des bougies, des fruits d’automnes, des feuilles mortes, des photos de vos ancêtres… à vous de créer selon vos envies. Prendre un bain rituel, mettre un sachet d’herbes de divination pour communiquer en rêve avec vos défunts ou faire un tirage de tarot, voilà de quoi rendre à cette fête tout son sens.

Publié le

Imbolc

Imbolc est un sabbat qui se trouve dans la roue de l’année  entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps. C’est le temps de célébrer la lumière, le printemps qui s’annonce. Ce sabbat est associé à la purification, à la fécondité, la lumière et l’eau. C’est  le pouvoir de la lumière, la magie solaire. La Terre s’éveille lentement. Les premières fleurs éclosent, les mimosas sont en pleine floraison, ainsi que les amandiers. Dans l’ancien temps c’était la saison de l’agnelage, le lait faisait partie des libations à la Déesse. La Déesse Brigid est une déesse triple à laquelle on associe, le feu, la lumière et la guérison, mais également  la poésie,  la magie et  la forge. Brigid est la Déesse du foyer, de la guérison, des puits sacrés et de la protection des enfants. Le christianisme a transformé la Déesse Brigid en St Brigitte. La nuit du 1 et 2 février vous pouvez accrocher un morceau de tissu à la fenêtre pour qu’il se charge des énergies liées à la Déesse Brigid. C’est la tradition du manteau de Brigid. Durant cette nuit la Déesse venait toucher le tissu qui recevait ainsi les énergies de guérison, de purification. Ensuite au petit matin on récupérait ce tissu qui était utilisé pour soigner bêtes et gens au cours de l’année, le tissu appelait e transmettait les énergies de guérison et de protection. Chaque année voyait se renouveler cette tradition avec le même bout de tissu qui gagnait  en puissance au fil des ans.

 

 

Imbolc est vraiment le moment où la Terre mère s’éveille, on sent la puissance de vie qui pulse, qui pousse, cette force vive de création. L’éclat du soleil change. On le sent grandir, il prend de la force. L’hiver est encore là,  mais plus pour très longtemps. On éclaire cette nuit et cette journée par des bougies, on fait de crêpes qui nous rappelle le soleil qui réchauffe la terre et éclaire nos foyers. On profite de cette journée pour faire un grand nettoyage. En conscience, on purifie nos intérieurs et on se purifie spirituellement. Lors de votre nettoyage vous pouvez purifier et bénir le pas de votre porte, vos fenêtres et les pièces de votre habitation avec l’eau de lune par exemple s’il vous en reste. La lumière  des bougies que l’on place aux fenêtre et dans la maison nous éclaire, nous réchauffe et nous purifie.

Il est également de tradition de créer une croix de Brigid que l’on accroche ensuite au dessus de l’entrée de la maison. Ainsi  elle protège le foyer.

Les couleurs correspondantes à ce sabbat sont  :

  • le vert pour la croissance, le foyer, la force, les esprits de la nature, l’énergie croissante, la renaissance
  • le blanc pour la purification, éloigner les mauvaises énergies, la lumière
  • le jaune pour la bénédiction, la chaleur, le changement, la lumière, la sagesse
Publié le

Solstice d’hiver “Yule”

Dans la roue de l’année, un moment clef est très important depuis des millénaires. Il s’agit du passage du solstice d’hiver,  la période de Yule.

C’est au cœur de l’hiver, lorsque la nuit est la plus longue que nous célébrons la promesse du retour du soleil. On célèbre la renaissance du soleil. Le jour est enfanté de la nuit. C’est un temps hors du temps, un espace qui se crée, s’ouvre. C’est un portail que l’on traverse. A ce moment, on est en lien avec tous nos ancêtres de sang , de lieu, de traditions, avec les autres plans. Continuer la lecture de Solstice d’hiver “Yule”